TROISIEME SECRET
                                                                "J.M.J.


      La troisième partie du secret révélé le 13 juillet 1917 à la Cova da Iria à FATIMA.

      J'écris en obéissance à Vous, mon Dieu, qui me le commandez par l'intermédiaire de Son Excellence, du Révérendissime Monseigneur l'Évêque de Leiria et de Votre Très Sainte Mère qui est aussi la mienne.

  Après ce qui a été exposé dans les deux premières parties du secret, nous avons vu à gauche de Notre-Dame, un peu en hauteur, un Ange tenant une épée de feu dans la main gauche; elle scintillait et émettait des flammes qui, semblait-il, devaient incendier le monde, mais elles s'éteignaient au contact de la splendeur qui émanait de la main droite de Notre-Dame en direction de l'Ange; celui-ci, désignant la Terre de sa main droite, dit d'une voix forte: Pénitence! Pénitence! Pénitence! Et nous vîmes dans une lumière immense qui est Dieu: "Quelque chose de semblable à la manière dont se voient les personnes dans un miroir quand elles passent devant", un Évêque vêtu de Blanc, "nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père". Divers autres Évêques, prêtres, religieux et religieuses montaient sur une montagne escarpée au sommet de laquelle il y avait une grande Croix en troncs bruts, comme s'ils étaient en chêne-liège avec leur écorce; avant d'y arriver, le Saint-Père traversa une grande cité à moitié en ruine et, à moitié tremblant, d'un pas vacillant, affligé par la douleur et la peine, il priait pour les âmes des cadavres qu'il trouvait sur son chemin; parvenu au sommet de la montagne, prosterné à genoux au pied de la grande Croix, il fut tué par un groupe de soldats qui tirèrent plusieurs coups et des flèches; et de la même manière moururent les uns après les autres, les évêques, les prêtres, les religieux et religieuses et divers laïcs, hommes et femmes de classes et de catégories sociales différentes. Sous les deux bras de la Croix, il y avait deux Anges, chacun avec un arrosoir de cristal à la main, dans lequel ils recueillaient le sang des Martyrs et avec lequel ils irriguaient les âmes qui s'approchaient de Dieu.
                                                                                                                                      Tuy - le 3/1/1944".


            C'est donc là, d'après les déclarations officielles du Vatican, la troisième partie du Secret de Fatima
            dite "le 3ème Secret de Fatima", publié par le Vatican de Rome le 26 juin 2000.

                                                    BREF COMMENTAIRE

                Dans ce texte du 3ème secret de Fatima qui nous rappelle les visions des prophètes anciens où toute parole est importante et porteuse d'un sens profond, nous trouvons un grave avertissement de Dieu à Son Eglise sur terre qui "s'approche de la Fin des Temps" (Sr. Lucie). L'ange avec son "épée de feu" menace le monde de la Justice divine. Dieu a décidé l'Apocalypse pour la Terre mais Notre-Dame, retenant les foudres de la Justice divine, par Son Cœur Immaculé a obtenu un délai de Miséricorde. Néanmoins, par la voix forte de Son envoyé angélique, Dieu exige que tous fassent "pénitence!" - 3 fois répété! Et sur tous les niveaux, l'Eglise en premier! Pour mieux l'inciter à la pénitence et à la conversion, dans la vision qui suit, le Ciel montre quel sera son sort si sa conversion n'a pas lieu.

                Les voyants voient d'abord la Hiérarchie de l'Eglise en mouvement ("ils montaient"); ils voient surtout le Pape, en lequel ils reconnaissent "un Evêque vêtu de Blanc, (au sujet duquel) nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père". Ce personnage mystérieux n'était autre que le Rev. Père Michel Collin, natif de Lorraine, grande âme mystique dès son enfance. A 12 ans déjà, sans qu'il put en comprendre le sens profond, il connaissait, par révélations, le nom de son futur Pontificat: Clément XV. Le 28 avril 1935 il fut consacré mystiquement évêque et, le même jour, sur ordre de Jésus, fonda l'Ordre des "Apôtres de l'Amour Infini", la "Phalange blanche" dont l'habit religieux est blanc. C'est lui, "l'Evêque en Blanc", formule énigmatique, car en Europe les évêques ne sont pas vêtus de blanc.

                La vocation pontificale pour sa Mission de "pape mystique" de la Fin des Temps, il la porte en lui-même dès sa naissance: Il est envoyé à l'Eglise comme "l'Elu de Dieu" et "Grand Pape de la Fin", dont le Pontificat miraculeux est annoncé par les Prophéties dès le 8ème siècle et confirmé à lui-même en une grande cérémonie mystique le 7 octobre 1950 (voir p. 20 de sa biographie). Ainsi,  "un Evêque en Blanc (au sujet duquel) nous avons eu le pressentiment que c'était le Saint-Père" - est une formule impénétrable pour la plupart des interprètes; ils n'ont pu la déchiffrer. Elle signifie l'élection miraculeuse et surnaturelle du Grand Pape de la Fin des Temps, pour lequel il n'y aura - selon les prophéties - pas d'élection par Conclave, c.à.d. qu'il n'y a pas de désignation et signe extérieurs indiquant sa Mission pontificale, mais il faut la "deviner" ou - comme Sr Lucie le dit - "avoir le pressentiment", être inspiré par le Saint Esprit pour reconnaître sa vocation suprême, pontificale, parce qu'il est envoyé et consacré par Dieu Lui-même.

                "Le Saint-Père", dans cette vision, "traversa une grande cité à moitié en ruine": Cette "grande cité" est familière aux théologiens, les Papes l'avaient très bien compris, selon la Sainte Ecriture et la Tradition millénaire; cette Cité est le symbole de l'Eglise, et elle apparaît  "à moitié en ruine", ce qui a effrayé les Papes et leur a fait  tenir secrète cette prophétie gênante, au lieu de la publier au plus tard en 1960 selon le désir de la T.S. Vierge et les indications de Sr Lucie, et d'appeler toute l'Eglise à la pénitence, condition nécessaire pour sa conversion afin d'éviter la  destruction divinement annoncée. En 1917 cette vision de l'avenir n'était pas un destin immuable et inévitable, mais elle devait servir d'avertissement grave de la part du Fondateur de l'Eglise Lui-même: Attention! Si vous ne vous convertissez pas, si vous ne vous changez pas selon Ma Ste Volonté, voilà ce qui va arriver...!

                Ce qui suit concerne la personne du Grand Pape mystique, sa Mission et l'avenir de l'Eglise. Puisque la Cité de l'Eglise est en train de se détruire, il est obligé de sortir de l'amas de ruines car les représentants désobéissants à N.D. de Fatima l'y ont obligé par leurs refus et leurs condamnations des faits mystiques. Mais il ne quitte pas son Eglise bien-aimée dans laquelle il a grandi: il "traversa" la grande Cité; il y reste, montant "sur une montagne escarpée au sommet de laquelle il y avait une grande Croix". On reconnaît facilement la montagne du Calvaire, autre symbole pour l'Eglise. Etant chassé de son Eglise en tant que Souverain Pontife Elu de Dieu, il la prend avec lui en sa personne - puisque l'Eglise est là où se trouve le Pape -, mais en se sacrifiant sous "la grande Croix" qui a dominé toute sa vie, qu'il a voulue glorieuse et sous laquelle sa dépouille mortelle repose depuis 1974.

                "Tué par un groupe de soldats" ne signifie pas une mort physique mais la mort morale, par des "coups et des flèches", ce qui indique que ce ne sont pas des soldats avec fusils genre Kalachnikow; il faut penser aux "flèches enflammées du Mauvais" dont parle Saint Paul (Eph.6), par lesquelles la bonne réputation de ce saint Prêtre et sa Mission divine ont été calomniées et réduites à néant aux yeux des habitants de la "grande Cité". Et tous ceux et celles qui suivent le Saint Pontife, victime providentielle pour sauver l'Eglise en détresse, partagent avec lui le même sort. L'Eglise est désormais en marche vers le calvaire, avec à sa tête le Saint-Père choisi par Dieu, Clément XV, que suivent "divers Evêques, Prêtres, religieux et religieuses... et divers laïcs.. qui montaient sur une montagne escarpée." Depuis la désobéissance des autorités ecclésiastiques à l'appel de Dieu par N.D. de Fatima, c'est cela l'Eglise, l'Eglise du Calvaire.

                Lors de sa visite à FULDA, Allemagne, en 1980, Jean-Paul II, questionné au sujet du 3ème Secret de Fatima, nous a confirmé dans notre pensée en donnant notamment cette étonnante réponse:

                "Nous devons bien nous préparer bientôt à de grandes épreuves qui pourront même demander la mise en jeu de notre vie et l'abandon total au Christ et pour le Christ! Il y aura peut-être une atténuation par votre prière  et notre prière, mais ça ne peut plus être écarté, parce que de cette manière seulement le renouveau de l'Eglise pourra venir. Comme souvent dans le passé, le renouvellement de l'Eglise s'est effectué dans le sang, il ne se passera pas autrement cette fois-ci."

                L'attentat contre lui en 1984 l'avait amené à croire au 3ème Secret en pensant qu'il y était lui-même concerné, ce qui nous a valu avec retard la publication de ce texte explosif. L'explication officielle du Vatican prétendait que le Secret concernait la persécution de l'Eglise sous le Communisme, les destructions par les guerres et révolutions au 20ème siècle. Voilà, le dossier du 3ème Secret de Fatima, si précieusement gardé secret durant 83 ans avant d'être ouvert vraiment, est déjà refermé. L'interprétation qui en avait été faite est indigne de l'expérience catholique séculaire au sujet de la mystique et de l'Ecriture Sainte. Elle fait fi des détails importants de la vision qui ont trait à l'Apocalypse et à l'Eglise en détresse à la Fin des Temps. Ces symboles et images s'accordent entre eux et se vérifient seulement en les appliquant à la personne et à la Mission du Rev. Père Michel Collin, le Grand Pontife mystique, Clément XV, le "Saint Père" annoncé par la T.S. Vierge dans le 3ème Secret de Fatima.

                Pour plus de détails et une interprétation approfondie, nous préparons une brochure qui vous sera annoncée en temps voulu.



Copyright © 2010. Tous droits réservés . Conception www.plmfrance.comCliquez ici pour vous abonner à ce flux RSSsamedi 15 mai 2010